Histoire – Paris-Caramels - Confiserie

Histoire du caramel 

Le caramel est l’une des confiseries les plus anciennes. Elle résulte de la cuisson du sucre et voit son origine remonter au VIIè siècle, lorsque les Arabes découvrirent le sucre de canne en Perse. Ils le firent chauffer et obtinrent alors le liquide brun foncé auquel ils donnèrent le nom de « Khurat Al Milh » (« boule de sucre »), d’ou viendrait le mot « caramel ».

Le sucre est ramené en Europe par les croisés de retour des Croisades. D’abord vendu par les apothicaires, il devient au XIVè siècle la base d’un bonbon, auquel du beurre salé (en Bretagne) ou de la crème (en Normandie) sont ajoutés.

Fondants ou craquants, natures ou parfumés, les caramels font aujourd’hui le plaisir des gourmands, petits et grands et en toute occasion !

Caramels

Histoire des pâtes de fruits

C’est au Xè siècle que les pâtes de fruits furent confectionnées, principalement en Auvergne, dans le but de conserver les fruits. Cette confiserie, prisée depuis cette époque, est surnommée la « confiture sèche » : obtenue à partir de fruits cuits avec du sucre, elle constitue une gourmandise appréciée pour son goût riche en saveurs obtenues de la chair des fruits.

La pâte de fruits se déguste en collation, grâce à son apport énergétique important, ou par gourmandise, entre amis ou en famille !

Histoire du chocolat

chocolat

Issu de la fève de cacao, le chocolat était un met prisé et connu en Amérique Centrale, depuis le début de la civilisation humaine. Consommé sous forme de boisson, il est introduit en Europe, à la cour d’Espagne, par Hernan Cortès en 1528.

Le succès du chocolat dépasse les frontières du royaume : en Flandres, aux Pays-Bas ainsi qu’en France, il s’impose comme une boisson prisée réservée aux nobles et aux riches.

Au XVIIIè siècle, les premières fabriques industrielles de chocolat voient le jour. Au XIXè siècle, sa consommation prend d’autres formes : tablette, chocolat au lait, fourré…

Au début du XXè siècle, le chocolat se démocratise et les techniques industrielles permettent le développement de nouvelles formes de chocolat : la praline, le premier ballotin ou encore le chocolat fourré.